Campagne de candidature pour une formation de l'INSSET
L2, L3 : du 1 mars au 26 juin 2019
LPro : du 1 mars au 15 juin 2019


M1 : du 15 avril au 31 mai 2019

M2 : du 1 mars au 31 mai 2019

FB f Logo blue 1024Twitter Logo White On Blue nous contacter

 

Un étudiant de l'INSSET part au Mexique pour présenter un projet conçu dans les locaux du faubourg d'Isle. Il porte sur une station miniature destinée à être reliée à un satellite.

berdal quentin

 

Après les États-Unis, la Chine, le Canada et Israël, l'INSSET s'apprête à exporter un peu de son savoir au Mexique. À 22 ans, Quentin Berdal s'envolera vendredi 23 septembre pour Guadalajara. Il va y présenter un projet développé sur le campus saint-quentinois, celui d'une station au sol autonome, capable de communiquer avec un satellite. Ils sont en fait deux étudiants à avoir travaillé d'arrache-pied sur ce dossier mais Raphaël Degroote restera en France « pour raisons personnelles ».
Le 27 septembre, Quentin prendra donc la parole au 67e congrès international d'astronautique. « Il y aura un petit peu de tension mais une fois lancé sur le sujet, j'aurai face à moi des personnes à même de comprendre tout ce qui concerne la technique ; il y aura surtout l'appréhension de se dire que de nombreuses personnes seront dans la salle », avance cet ancien élève du lycée Henri-Martin. Pas de partie pratique lors de son intervention, le quart d'heure alloué serait trop court, la théorie sera abordée en anglais. Ça, l'étudiant sait gérer : « Avec Leaf Space, nous avions une vidéo-conférence chaque semaine et cela se faisait essentiellement en anglais ».
Leaf Space ? Cette start-up italienne a été l'interlocutrice privilégiée de l'INSSET dans la conduite du projet. À l'origine, l'établissement axonais avait été l'une des 50 universités retenues dans le monde par l'Agence spatiale européenne pour construire un nanosatellite. L'appareil est précieusement conservé dans l'enceinte de la rue d'Ostende. Pour communiquer avec ce satellite, l'équipe saint-quentinoise a donc conçu une station autonome. C'est là qu'intervient l'entreprise italienne. Elle souhaite développer un réseau de stations au sol destiné à monnayer du temps de communication vers de petits satellites et propose à l'INSSET une collaboration pour la construction d'un nouveau modèle. Quentin Berdal et Raphaël Degroote ont ainsi repris les travaux de leurs prédécesseurs pour élaborer leur propre station. « Cela démontre que nos étudiants travaillent sur de vrais projets industriels. Cette expérience sera appréciée des grandes entreprises en vue d'une embauche », assure Matteo Emanuelli, l'un des ingénieurs qui accompagne les étudiants. Reste à financer cette station dont les plans ne demandent qu'à être mis en œuvre. Si l'INSSET est soutenu au niveau local (lire ci-dessus), il aimerait obtenir une aide des plus hautes instances. « Le CNES commence seulement à nous inviter à des colloques, constate Matteo Emanuelli. Auparavant, il jugeait que nos étudiants ne travaillaient pas sur un projet spatial. Cela fait que nous avons perdu 300 000€ pour la construction du satellite et de la station. » La future station qui, lorsqu'elle verra le jour, ne sera pas plus grande qu'une feuille A4.

Julien Gris

Source: Courrier Picard

Actualités

logoStQuent INSSET 2016 blanc

48 rue d'Ostende CS10422

02315 SAINT-QUENTIN Cedex

Standard : (+33) 3 23 62 89 59

Email: scolarite@insset.u-picardie.fr

EVENEMENTS

Aucun événement